Entreprendre - Nos conseils

Lancer avec succès sa marque de vêtements : le guide complet !

Vous songez à lancer votre propre marque de vêtements, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Voici notre guide qui vous dira par où commencer pour créer votre ligne vestimentaire, de l’idée à sa mise en rayon.

Selon les chiffres de l’INSEE relayés par Les Échos de la Franchise, en 2015, plus de 4 436 nouvelles entreprises ont ouvert leurs portes dans le domaine de l’habillement. Autrement dit, le secteur est florissant et rentable. Ce qui peut être une difficulté autant qu’une chance.

Entre la multitude déjà envahissante sur le marché et les impératifs qui en découlent, un nouveau venu peut facilement jeter l’éponge. Aussi, nous vous recommandons fortement, avant de lancer votre marque de vêtements, de faire un plan d’attaque ou « feuille de route » qui vous permettra d’avancer avec passion et détermination vers la réalisation de votre objectif.

Commencez par déterminer le secteur de mode dans lequel votre marque « plantera ses griffes », celui où vous pensez que vous pouvez apporter quelque chose, mais aussi qui vous passionne suffisamment pour réussir.

Définir la marque

Il s’agit pour commencer de trouver une raison d’être à votre ligne vestimentaire. Des milliers de marques existent à travers le monde, et aucune ne se ressemble : secteur, tarifs, design, valeurs… Les particularités de votre propre marque doivent être définies avec précision dès le début du projet. Commençons par répondre à quelques interrogations de base.

Quel sera votre secteur de mode ?

Le domaine de l’habillement est donc vaste, c’est d’ailleurs pourquoi vous aurez toujours une place à vous faire. Commencez par déterminer le secteur de mode dans lequel votre marque « plantera ses griffes », celui où vous pensez que vous pouvez apporter quelque chose, mais aussi qui vous passionne suffisamment pour réussir. Tenues de villes ? Plus ou moins formelles ? Homme, femme, enfant, unisexe ? Le sport ? Le homewear ? La maroquinerie ? L’accessoire ? Les T-shirt ? Les tenus de plage ? La layette ? Tous ces secteurs dont déjà bien achalandés et peuvent pourtant accueillir un nouvel acteur détonnant. À quoi allez-vous vous attaquer ?

Une fois que votre choix de secteur est fait, vous avez l’obligation de vous renseigner sur ce que la concurrence propose déjà à ses clients, dans le but de vous démarquer d’elle quand vous lancerez votre marque. Quelle marque propose quoi et dans quelle gamme de prix ? Lesquelles sont exigeantes sur la qualité des produits, des coutures, et lesquelles privilégient leurs marges au respect du client ? Où et dans quels conditions sont fabriqués leurs vêtements ? Quelle est leur politique de design ? Fast fashion, comme ces marques qui imitent le plus rapidement possible en une saison les créations de la haute-couture, directeur artistique interne, regard du créateur… ? Pour chaque marque dans votre secteur d’activité, vous devez pouvoir répondre à ces questions sans hésiter.



Créer sa marque de vêtement : l’exemple de Peru.
Ensuite, vous pourrez mettre ces informations à profit pour ajuster et affiner au plus près votre marque afin de ne pas en rappeler une autre. La notion de Branding prend toute sa valeur.

Trouver un nom

Dans le domaine du marketing, le nom doit bien évidemment être original, mais aussi se retenir facilement, éveiller la curiosité, communiquer votre identité. Ici, la bonne vieille tactique dite « un papier et un crayon » reste la meilleure. Notez toutes les dénominations qui vous passeront par l’esprit, aussi absurdes qu’elles puissent vous paraître. Ne vous censurez pas. Puis, rayez celles qui ne sont vraiment pas possibles, entourez ou soulignez les autres et testez les auprès de votre entourage. Choisissez celle qui sera plus représentative de vos ambitions et des valeurs que vous voulez partager.

Enfin, décidez-vous. Cela a l’air d’aller sans dire mais, croyez-nous, va mieux en le disant. Parfois, on a le sentiment que le nom est si important et déterminant qu’une erreur à ce stade serait fatale. On a vue des créateurs retarder des lancements par incapacité à se décider définitivement sur cette simple question. Or, il n’en est rien. Un nom s’impose par ses produits. Inutile donc de vous paralyser et vous mettre martel en tête outre-mesure. Au bout d’un moment, décidez-vous. Si ce nom vous plaît, ce sera le vôtre !

Comment concevoir sa marque ?

Qu’est-ce que c’est qu’une marque ? La question peut paraître banale, mais elle ne l’est pas. Une bonne définition pourrait être : « C’est tout sauf n’importe quoi ! ». En effet, un signe, un logo, des initiales ou un mot peuvent faire office de marque. Mais beaucoup d’autres détails, en réalité, vont recouvrer ce que ce nom recouvre, ce qu’on appelle « les valeurs de la marque ».

Proposer le summum de l’élégance ou des articles à bas prix pour permettre à chacun de se vêtir convenablement pour pas cher, s’adresser à l’homme qui fait attention à son style ou au contraire à celui qui n’a pas envie de se prendre la tête avec ça, à la femme urbaine et working girl ou à la mère au foyer débordée par les travaux ménagers et les enfants… Il n’y a pas de bonne ni de mauvaise valeur en marketing, le tout est de trouver la vôtre.

Dans un autre exemple que les vêtements, mais tout à fait pertinent, l’agence de communication Alesia vous aidera à en décortiquer le principe ici, mais pour des exemples plus spécifiquement dans votre secteur, voici comment des enseignes aussi différentes que Uniqlo, Mousqueton ou Hafnium communiquent. N’hésitez pas à explorer celles des concurrents sur leur site web ou supports de communication !

Tant que vous n’avez pas encore procédé au dépôt de votre marque auprès des autorités légales pour son enregistrement, évitez de la publier. Sinon, en cas d’usurpation, il ne se trouvera personne pour vous défendre.

Identifier et protéger sa marque

Pour ce qui est de la conception, en définir la charte graphique est une étape incontournable. Si vous n’en avez pas vous-même les compétences, pensez à faire appel à un graphiste. Quand vous aurez besoin d’une publicité web ou télévisuelle, vous pourrez faire appel à un infographiste qui utilisera les données de la charte graphique pour faire son travail. En d’autres termes, le graphisme de votre marque vous définit en tout temps et ne doit pas être établi avec légèreté.

Ah, et attention : tant que vous n’avez pas encore procédé au dépôt de votre marque auprès des autorités légales pour son enregistrement, évitez de la publier. Sinon, en cas d’usurpation, il ne se trouvera personne pour vous défendre. Nous revenons plus en détail sur la procédure un tout petit peu plus bas.

Dessinez vos premiers croquis

Ce sera le premier pas pour en arriver à lancer votre propre marque. Votre secteur de mode choisi, procédez au dessin de vos tous premiers croquis. D’aucuns penseront que c’est mettre la charrue avant les bœufs. Mais, nous pensons que cela peut déjà constituer un bel argument au moment de chercher des investissements.

Si vous dessinez et songez à lancer votre marque, il est probable que vous ayez déjà un certain nombre de croquis dans vos armoires et vos tiroirs ! Mais c’est le moment de commencer à songer un un authentique « book », une première ébauche des collections à venir. En triant impitoyablement, en actualisant ce qui doit l’être, en unifiant le style de dessin et d’encrage… Ce sera votre premier véritable outil pour convaincre vos futurs partenaires, financiers certes mais aussi fabricants, distributeurs et communicants.

Vestiaire création marque mode

Soyez imaginatif, laissez parler votre audace ! C’est le moment ou jamais. Créez des modèles et proposez des coupes qui racontent l’histoire de votre détermination. Réfléchissez avec deux, trois voire dix ans d’avance, accumulez. Vous aurez bien le temps plus tard, en fonction de vos premiers sous-traitants et diffuseurs, de cerner vos priorités. Quand vous en aurez un certain nombre, créez un catalogue et gardez-le jalousement : c’est peut-être la fondation de votre empire commercial.

Créer les bonnes conditions pour lancer votre marque de vêtements

À ce stade, vous devriez être sur la bonne voie pour lancer votre marque. C’est le moment pour régler quelques questions d’ordre préventives et administratives.

L’étude de marché

Dans un projet commercial, il n’y a rien de plus imprudent que de naviguer à vue. Procéder à une étude de marché vous permettra de vous faire une idée assez précise des réalités du secteur que vous comptez embrasser. Vous serez ainsi amené à faire une veille continue sur votre concurrence directe. En plus, puisque vous connaissez désormais votre secteur de mode, vous allez en faire de même avec votre cible.

Mais ici, il vous faudra faire un peu plus qu’observer. Rapprochez-vous de quelques personnes triées sur le tas et posez leur des questions sur ce qu’ils attendent d’une marque de vêtement, sans forcément faire apparaître vos ambitions. Faites-en de même avec les créateurs de marque ou de modèle pour recueillir le maximum d’informations. Si vous en avez les moyens, vous pouvez aussi vous inscrire à un ou plusieurs des nombreux salons de marques de vêtements en France ou ailleurs.



Le salon Who’s Next de Paris : l’endroit rêvé pour faire ses classes d’entrepreneur de la mode.
L’objectif, c’est de vous permettre de savoir ce que votre projet vaut en réalité. Cela vous évitera d’écouter les conseils de personnes peu ou pas du tout avisées. Soyez vraiment curieux et renseignez-vous le plus possible. Essayez par exemple de savoir ce que le secteur génère comme chiffre d’affaire par année. Cela pourrait vous motiver à continuer.

L’étape juridique de la création de marque

Un choix précis s’impose une fois de plus, car les impératifs juridiques et fiscaux ne sont pas du tout les mêmes d’un statut d’entreprise à un autre. Si vous êtes seul dans votre entreprise, vous aurez le choix entre une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), une Entreprise Individuelle ou une Micro-entreprise.

Tout la diversité de leurs caractéristiques sont résumées sur le portail du gouvernement à cette adresse, mais vous trouverez de nombreuses ressources en ligne sur les avantages et inconvénients de chacun de ces statuts.

Sachez aussi que vous pouvez demander un rendez-vous (payant) avec la Chambre de Commerce de votre ville où vous serez guidé(e) par un(e) professionnel(le) qui pourra vous éclairer dans ces questions en vous aidant à faire le meilleur choix pour vous.

Marque vêtement entrepreneur

Un choix qui va devoir prendre en compte les besoins de votre future société. Plus précisément, vous devrez définir au besoin, le nombre de collaborateurs utiles au démarrage, la répartition entre ce qui sera fait par vous, votre éventuel associé, un possible premier salarié, et vos sous-traitants. Sans oublier qu’un chef d’entreprise n’a pas autant de consacrer à son travail qu’un free-lance par exemple.

Dernière ligne droite

Entre la communication, la prospection, la gestion, l’administration et le reste, on considère qu’il reste à un entrepreneur environ 15 heures hebdomadaires pour la production proprement dite. Aussi, aurez-vous besoin d’un(e) styliste, régulier ou free-lance, d’un autre dessinateur en dehors de vous-même, d’un dessinateur, d’un réseau de distribution et de ravitaillement en matériels de travail… ? Tous ces aspects, vous devez les maîtriser et les intégrer dans le choix du statut de votre entreprise.

L’étape finale sera évidemment le dépôt de votre dossier suivant la procédure de l’INPI. Lorsque votre dossier est validé, vous recevrez votre numéro d’immatriculation et un document faisant foi de votre statut de propriétaire de la marque. À partir de ce moment, vous pourrez considérer que votre marque de vêtements existe officiellement et que personne ne pourra vous l’usurper sans en subir les conséquences.



Toutes les raisons pour lesquelles protéger sa marque expliquées dans cette vidéo !
Détail important : au moment du dépôt, qui se fait très facilement en ligne, vous pourrez aussi choisir tous les domaines dans lesquels vous souhaitez, ou non, que votre dépôt e marque soit effectif. Attention, chaque domaine supplémentaire coûte de l’argent… Mais peut aussi en rapporter ! Songez donc soigneusement à la diversification éventuelle de votre marque.

Faire son business plan

D’un point de vue technique, matériel et humain, vous savez maintenant de quoi vous avez besoin pour que votre business décolle. Mais cela ne se peut sans un bon plan de financement. La bonne nouvelle, c’est que tout ce que vous avez fait jusqu’ici vous servira à mettre sur pied un business plan qui aura une valeur prédictive pour votre entreprise. Ce sera votre repère quand vous vous lancerez.

Ainsi, il faut noter que pour que votre plan financier soit crédible, certains détails cruciaux doivent y figurer. Par exemple, comment comptez-vous rentabiliser votre affaire ? Sur quelle valeur comptez-vous faire levier pour atteindre vos objectifs ? De combien aurez-vous besoin pour payer régulièrement les salaires de vos employés et sur quelle durée ? À partir de quand serez-vous capable de jouir des fruits de vos efforts et quelle en sera la marge bénéficiaire attendue ?

En somme, c’est toute la manœuvre commerciale pensée pour lancer la marque qui doit-être intégrée. Depuis la fabrication du produit jusqu’à sa vente. Si vous vous demandez en quoi cela est important, sachez qu’un investisseur ne s’intéressera à votre projet que s’il présente pour lui la garantie d’avoir été bien élaboré.
Sachez d’ailleurs que sur ces questions, l’équipe de coaching projets de Tudigo (ex Bulb in town), sera prête à vous accompagner et vous conseiller. N’hésitez pas à la contacter en cliquant ici !

lancement marque business plan

Si vous êtes artiste dans l’âme et que vous ne savez pas faire un business plan, ne paniquez pas. Le premier document à produire à surtout valeur d’objectifs, plus que de prédictions : savoir quelles rentrées pour quelles dépenses vous devez tenir si vous voulez que votre projet voit le jour et dure. Et un plan pour les 3 premières années vous aiderait déjà grandement à motiver vos interlocuteurs et cerner de près les besoins et les risques qui seront ceux de vos débuts.

Le financement, une étape décisive

À moins de disposer d’un apport personnel conséquent, il va vous falloir un minimum d’investissement pour créer votre marque de vêtement. Et comme ce dernier point n’est pas toujours le plus évident ni le plus facile à réussir, explorons les méthodes habituelles ou plus originales qui vous permettront de mener à bien votre aventure.

Trouver du financement

Pour lancer sa propre marque, il y a plusieurs manières de trouver du financement. Certes, quand on en possède soi-même les moyens, on peut procéder à un investissement personnel. Mais dans la plupart des cas, les chefs d’entreprises peuvent se tourner vers les banques. En dehors de ces dernières, il y a aussi quelques institutions qui offrent ce genre de service, notamment les fonds de capital-risque qui financent généralement les start-ups.

Un autre moyen que nous conseillons, c’est la levée de fonds chez des investisseurs via des plateformes de crowdfunding, mieux connu sous le nom de financement participatif. La force de ce genre d’opération vient du fait que vous pourrez faire d’une pierre deux coups : obtenir des fonds à moindres ou quasi-nuls coûts et améliorer au même moment votre produit grâce aux feedbacks des investisseurs. Aussi, pourriez-vous constituer a priori, une clientèle de démarrage.

À cet effet, Tudigo, ex Bulb in Town est une plateforme web qui s’est spécialisée dans ce type de service. Avec un projet solide et bien présenté, vous y trouverez des investisseurs en don et en Crowdequity , ainsi que des conseils qui pourront vous être utiles. Plus encore, la plateforme vous accompagne dans le cadre de votre projet à travers un coaching personnalisé. C’est le cas par exemple de Tyce Brothers, une jeune marque spécialisée dans le vêtement de musculation et fitness, et qui a pu démarrer grâce à notre accompagnement !

Créer marque vêtement financement

Pour revenir au financement de façon globale, c’est à cette étape que les premiers croquis de vos modèles vous seront d’une aide précieuse. Vous pouvez les montrer dans votre présentation, donner à voir, donner envie. Dans le meilleur des cas, si vous aviez déjà réalisé un modèle physique, n’hésitez pas, appuyez-vous dessus pour communiquer. Mieux, racontez l’histoire de la création de votre ligne vestimentaire en y ajoutant de l’émotion. Mais n’en faites pas trop. Restez réaliste et sobre.

Lancez votre marque et communiquez autour

On peut le dire, le plus dur est fait. Vous avez votre distributeur et de la marchandise à faire valoir. S’ensuit alors la question de la communication. Pour un début, il faudra miser sur de petits moyens si vous n’avez pas un budget important. Devenez votre propre vecteur communicant. Portez vos créations pour vous rendre dans des lieux publics et événements mondains.

Les réseaux sociaux ne coûtent pas une fortune. Vous pouvez donc en faire usage pour faire voir vos vêtements. Pour économiser du temps et de l’argent, ne vous dispersez pas et ciblez au plus près les réseaux qui vous seront utiles (dans votre cas vraisemblablement Instagram, Pinterest, peut-être LinkedIn, Facebook). Sur ce dernier, n’hésitez pas à prévoir même un petit budget pour sponsoriser quelques posts. C’est un moyen très abordables de toucher un public large et passionné susceptibles de s’enthousiasmer pour votre marque.

Si besoin, et si ou quand vous pourrez investir plus solidement dans la communication, pour pourrez faire appel à un bureau de presse dont la spécialité est de défendre les créations des entrepreneurs.

Il vous sera alors plus facile, quand vous disposerez d’un peu de suivi d’utilisateurs, d’attirer l’attention des magazines de mode voire de quelques « people », blogueurs, YouTubeurs ou influenceurs susceptibles de vous faire connaître toujours plus et plus loin. Si besoin, et si ou quand vous pourrez investir plus solidement dans la communication, pour pourrez faire appel à un bureau de presse dont la spécialité est de défendre les créations des entrepreneurs qui leur font confiance, comme Pop and Partners, Sandie Roy ou North Communication.

D’autres façons de lancer sa marque

Bien sûr, ce n’est pas le seul chemin pour lancer sa marque de vêtements. Vous pourriez en effet choisir plutôt un modèle clé parmi vos envies et vous concentrer d’abord uniquement sur celui-ci. Gardez à l’esprit qu’il vous représentera par conséquent pendant un bon moment sur le marché avant que vous ne puissiez penser à une véritable diversification qui vous permette de vous trouver et vous faire connaître plus justement.

Conclusion création guide marque vetement création

Dans cette hypothèse, il est cependant important que le produit que vous allez choisir ait une forte valeur ajoutée. On peut songer à un design réellement innovant et inédit, à une facilité d’utilisation jamais vue, une astuce pratique qui vous distingue des autres, ou simplement un nom, assorti d’un look, qui fasse de votre produit un concept. Par exemple, la nouvelle marque Out of Town a pour se lancer tout misé sur un sac baptisé « le Friday bag », le sac du vendredi. Autrement dit un sac à dos chic qu’on peut emmener au bureau… Mais y glisser appareil photo, un ordinateur, une tenue de rechange… Bref, ce qu’il faut pour filer en week-end !

Au total, lancer sa ligne de vêtement est en réalité une affaire bien moins compliquée qu’on ne pourrait le craindre. Il faut juste, comme dans toute entreprise, se munir d’une volonté à toute épreuve. Mais plus important, il faut savoir quoi faire et comment le faire. À partir de maintenant, le Pitti n’attend plus que vous… Et envoyez-nous quelques nouvelles ! Qui sait, peut-être pourra-t-on vous aider à passer un cap supplémentaire dans votre aventure !


Vous cherchez un financement ? Contactez-nous !


Artisans, commerçants, associations, projets solidaires ou projets à ancrage local ? 

Menez une campagne de financement participatif sur Bulb in Town, plateforme dédiée au développement local des territoires !

Le financement participatif ?

  • C’est un financement pour des entreprises en création/reprise ou en développement.
  • Il permet également de vous faire connaître avant même de vous lancer, de développer votre base de futurs clients, de créer et mobiliser une réelle communauté d’ambassadeurs, de tester votre concept, d’assurer des pré-ventes ou même d’obtenir plus facilement un prêt bancaire classique !
  • Découvrez les nombreux avantages du financement par la foule et lancez-vous en quelques clics sur Bulb in Town : le développement d’entreprises à ancrage local, c’est notre spécialité !

Comment se lancer ?

Je lance mon projet en 2 minutes

  • Notre équipe projets vous répond sous 48 heures pour valider votre éligibilité et assure ensuite un coaching personnalisé pour maximiser vos chances de réussites !

Pour toutes questions : projets@bulbintown.com | 01 85 09 06 27

Facebook Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *