Non classé

Reprendre un commerce : l’oeil des banquiers vis à vis de la demande de prêt

Mercredi 6 et 7 février 2014 se tenait le salon des entrepreneurs. Tudigo vous y accueillait sur le stand de la CCI et de la région Ile-de-France pour conseiller les futurs commerçants et artisans sur leur plan de lancement du point de vue finance et communication avec le financement participatif.

De nombreuses conférences intéressantes pour les entrepreneurs et futurs entrepreneurs avec notamment une table ronde sur La reprise d’un commerce animée par Sophie Mensior, rédactrice en chef de l’argus de commerces, une expert comptable de chez Fiducial, le chef de marché TPE et la chef de marché commerçants de la Société Générale.

Les points à retenir si vous demandez un prêt en tant que commerçant : préparez votre dossier, préparez votre dossier, préparez votre dossier. Si vous n’êtes pas à l’aise, faites vous aider par un réseau d’accompagnement à la création tel que France Active, un expert comptable ou encore un conseiller de la chambre de commerce de votre département (CCI).

Les points vérifiés par le banquier sont les suivants :

✔️ L’adéquation homme / projet : êtes vous la bonne personne ? avez vous les qualifications, la formation, l’expérience et la passion pour mener à bien cette aventure ?

✔️ Votre Business Plan : marché, vision, stratégie, prévisions financières. Est-ce qu’il y a un besoin et est-ce que l’activité sera rentable ?

✔️ L’emplacement : à moins que votre commerce devienne un commerce destination (ce qui est fort possible avec un peu de créativité), le passage et le voisinage aura un impact déterminant sur la viabilité de votre affaire.

✔️ L’originalité et la qualité du concept : oui, il est temps d’innover, de se réinventer, de privilégier une offre et un service de qualité si l’on veut convaincre les clients de vous préférer à la chaîne ou la grande surface.

✔️ Le plan de financement et le reste à vivre : est-ce qu’avec le prêt votre entreprise voit le jour et fonctionne les premiers mois, est-ce que le business est suffisamment viable pour vous permettre de payer votre loyer et vos factures à la fin du mois ?

Si votre banquier trouve qu’il vous manque des sous ou que la preuve du concept reste à faire, considérez le financement participatif. C’est un bon moyen de gonfler son apport et de montrer un intérêt des habitants pour votre commerce. Demandez aux fondateurs du café cantine de Villeneuve Saint Lot ce qu’ils en pensent…

 

Cet article est co-écrit par ACOM et Tudigo

Et puisque s’entourer des bonnes personnes est indispensable pour tout entrepreneur, sachez que ACOM vous accompagne dans la gestion et le développement de vos projets : expertise comptable, conseil, audit, aide juridique et fiscale etc. Entreprenez en toute sérénité !


Artisans, commerçants, associations, projets solidaires ou projets à ancrage local ? 

Menez une campagne de financement participatif sur Bulb in Town, plateforme dédiée au développement local des territoires !

Le financement participatif ?

  • C’est un financement pour des entreprises en création/reprise ou en développement.
  • Il permet également de vous faire connaître avant même de vous lancer, de développer votre base de futurs clients, de créer et mobiliser une réelle communauté d’ambassadeurs, de tester votre concept, d’assurer des pré-ventes ou même d’obtenir plus facilement un prêt bancaire classique !
  • Découvrez les nombreux avantages du financement par la foule et lancez-vous en quelques clics sur Bulb in Town : le développement d’entreprises à ancrage local, c’est notre spécialité !

Comment se lancer ?

Je lance mon projet en 2 minutes

  • Notre équipe projets vous répond sous 48 heures pour valider votre éligibilité et assure ensuite un coaching personnalisé pour maximiser vos chances de réussites !

Pour toutes questions : projets@bulbintown.com | 01 85 09 06 27

Facebook Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

[Décryptage] Territoires oubliés

« Il y avait encore une géographie de traverse pour peu qu’on lise les cartes, que l’on accepte le ...